Séance thématique
Focus finlandais


Pays à l'honneur

Depuis sa création en 2000, le festival propose à son public de découvrir la richesse de la cinématographie européenne, en mettant chaque année un pays à l’honneur. Cette année, le festival propose un gros plan sur la jeune cinématographie finlandaise. À travers 3 programmes, le public découvrira le meilleur de la jeune création finnoise.

En partenariat avec l’Ambassade de Finlande.

Édito

En 2017, la Finlande fête ses 100 ans, une indépendance proclamée en 1917 après des siècles de domination russe et suédoise.

Ce grand pays nordique de 5,5 millions d’habitants ne recèle pas que de sauna, de brioche à la cannelle et de champions de rallye ou de formule 1 (Timo Mäkinen, Ari Vatanen, Keke Rosberg, Mika Hakkinen…), les finlandais aiment aussi beaucoup les glaces et le café et expérimentent depuis le 1er janvier 2017, le revenu minimum universel. 2000 demandeurs d’emplois tirés au sort touchent 560 euros par mois pendant deux ans.

À l’image des idées progressistes des voisins scandinaves, sur les questions de société, d’environnement et de qualité de vie, la Finlande est le premier pays en Europe à tester le revenu de base au niveau national. Une mesure vouée à l’échec car jugée infinançable, si on se remémore l’opinion française lors de la campagne des présidentielles : 1 seul candidat sur 11 était…finlandais. 

Ce projet aura-t-il la réussite d’autres décisions avant-gardistes comme le droit de vote accordé aux femmes, pour la première fois en Europe ?

Depuis 2015, la Finlande est en récession, le chômage croit. Pas de quoi déprimer Aki Kaurismaki, le grand cinéaste finlandais, qui dresse dans ses films le portrait humaniste de travailleurs, de chômeurs, d’enfants, de déracinés qui cherchent une terre accueillante.

Son dernier film, L'Autre Côté de l'espoir, présenté à la Berlinale 2017, plonge un réfugié syrien dans une Finlande à l’univers grinçant et absurde, mais aussi hospitalière. 

"Si nous ne sommes pas humains, qui sommes-nous ?" clame Kaurismäki, comme son maître Charlie Chaplin dans L’émigrant qui cherche aussi la terre promise, un court métrage qui fête ses… 100 ans. 

Une terre promise et une terre solidaire comme tentent de la faire partager depuis 2015 certains habitants de la vallée de la Roya, entre Nice et Vintimille, en plein cœur de l’Europe.

Laurent Tremeau
Directeur artistique d’Un festival c’est trop court!

 

Focus jeunes réalisateurs

Vendredi 13 octobre 2017 à 17h30 au MAMAC

Aki Kaurismäki vs Jan Ijäs

Dimanche 15 octobre 2017 à 20h au MAMAC

Carte blanche au Festival de Tampere

Mercredi 18 octobre 2017 à 18h au Cinéma Mercury