Revue de presse

Masterclass

Avec la sortie de Chouf, présent en sélection officielle à Cannes, le réalisateur K. Dridi est venu présenter son long métrage au TNN, son troisième film se déroulant dans la cité phocéenne. A travers cette master class retraçant sa filmographie et le tournage, K. Dridi nous fait part de nombreux sujets le touchant à cœur comme son désengagement envers le show business, ses échecs au box-office, sa passion pour les destins imparfaits et l’incertitude au cinéma, mais aussi son étrange relation qu’il entretient avec l’un des réalisateurs visionnaires du cinéma dit « social » K. Loach dont il a réalisé le reportage Citizen Kane Loach.

La première partie fut sur l’ensemble de son œuvre aussi hétéroclite qu’elle puisse paraître, passant de ses deux (véritables) premiers longs métrages réalisés la même année en 1995 traitant de la marginalité de Pigalle et de la rupture entre deux frères (Bye-Bye), puis de ses déboires artistiques mais aussi financiers (Cuba Feliz, Fureur), mais aussi son succès sur Marseille (Khamsa), son essaie dans le haut du tableau en compagnie de stars françaises dans le dernier vol avec M. Cotillard et G. Canet, dont il décrit cette rencontre comme étant à la fois improbable et ratée (“Plus il y a de l’argent sur un film plus c’est dure de le réaliser”) puis enfin sept ans plus tard Chouf.

Après la diffusion du making-of réalisé par son très proche collaborateur et amis J. Gaertner, le débat fut mené sur la manière de gérer des acteurs non professionnels, en l’occurrence des jeunes de cités s’appropriant un langage propre à eux, mais aussi sur l’importance de la préparation d’un film qui peut être décisive pour mener un bien un projet artistique.


Guillaume Serrano