Éditos

Éditorial 2015 de Michel Vauzelle //

Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la culture fait partie de l’identité et de la vie régionales. L’exceptionnelle créativité dont font preuve les milieux artistiques et culturels contribue à en faire un territoire de dialogue, de rencontre et de partage.


Lieu de diffusion d’œuvres originales et lieu d’échanges, Un festival c’est trop court ! est une formidable fenêtre ouverte sur le monde et sur les autres. Il favorise l’émergence de jeunes talents européens, en mettant en lumière des productions de qualité. Il est aussi important de relever les ateliers mis en place en faveur des écoliers, collégiens et lycéens. Cette sensibilisation à l’image et aux productions cinématographiques aiguise leur regard et leur sens critique.


À l’occasion de cette 15e édition, il faut saluer l’ensemble des organisateurs de l’événement, des membres et sympathisants de l’association Héliotrope. Leur travail et leur dynamisme sont les garants d’une manifestation riche et singulière, propice aux échanges.

Michel Vauzelle, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur

Éditorial 2015 de Christian Estrosi //

Député-Maire des Alpes-Maritimes, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur

Le court métrage est un exploit artistique. Soumis à l’obligation d’une durée limitée il doit néanmoins en dire long et surprendre, étonner, émerveiller, émouvoir, interroger, témoigner, alerter, révéler.


La ville de Nice est heureuse d’accueillir du 9 au 16 octobre 2015 une nouvelle édition d’ «Un Festival c’est trop court », le Festival du court métrage de Nice qui fêtera cette année son 15ème anniversaire.


Le Festival soufflera ses bougies autour d’une importante programmation, éclectique et variée, preuve de la vitalité de la création cinématographique européenne actuelle, programmation préparée et orchestrée par une équipe passionnée et dévouée qui s’est fixée comme objectif de promouvoir les œuvres courtes de jeunes cinéastes européens sans oublier un écran ouvert sur la production locale.


Partenaire depuis les débuts du Festival, la ville de Nice a souhaité apporter pour la deuxième année consécutive son soutien à la jeune création en remettant « Le Prix du Public », dotation en matériel d’une valeur de 1700€, attribué directement par les spectateurs.


Je souhaite que cette 15ème édition du Festival du court métrage de Nice puisse, cette année encore, intéresser un large public, créer des opportunités de rencontres entre les spectateurs, les cinéastes et les professionnels et permettre l’émergence d’un jeune cinéma créatif et novateur.

Christian Estrosi, Député-Maire des Alpes-Maritimes, Président de la Métropole Nice Côte d’Azur

Éditorial 2015 d'Éric Ciotti //

Député et Président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes

Voilà maintenant 15 ans qu’Un festival c’est trop court ! émerveille tous les cinéphiles du département.


15 années où ils ont pu découvrir un florilège de courts-métrages tous plus surprenants, inventifs et remarquables les uns que les autres.

15 années où nombre de Nations phares du cinéma européen ont été brillamment mises à l’honneur.

15 années qui ont donné l’occasion à notre jeunesse d’exprimer tout son génie grâce à une splendide alchimie d’images et de sons.


Cette année encore la programmation particulièrement riche fera scintiller les plus belles œuvres du format court et se focalisera sur la fièvre créative et la fantastique énergie qui étreignent la Croatie, véritable pépinière de bijoux cinématographiques sur la scène indépendante.

La journée Nice Short Meeting sera quant à elle et comme chaque année un lieu privilégié où les plus audacieux projets pourront naître des fructueuses rencontres entre professionnels.

Le Conseil Départemental est fier d’accueillir certaines séances du festival au sein du Mercury, un cinéma de quartier convivial et authentique qui a été récemment rénové pour le plus grand plaisir des cinéphiles niçois.


Je tiens à remercier très chaleureusement les membres de l’association Héliotrope qui organisent ce grand rendez-vous culturel d’automne, et qui ne manqueront pas de fêter son succès lors de la tant attendue « soirée des 15 ans ».

Je souhaite également à tous les cinéastes en herbe que ce Festival soit pour eux une piste de lancement pour une carrière prolifique en chefs d’œuvre.


Bonnes séances à toutes et à tous !

Éric Ciotti, Député, Président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes

Éditorial 2015 d'Adolphe Colrat //

Préfet des Alpes-Maritimes

Espace privilégié d’expérimentation, les œuvres de court métrage contribuent d’une manière décisive à l’expression des nouveaux talents. Favoriser leur découverte et leur promotion constitue donc un enjeu majeur pour l’État dans les régions.
Pour sa 15e édition, Un festival c’est trop court ! nous fera découvrir plus de 170 films dans 4 compétitions couvrant tous les genres, favorisant ainsi une plus grande diversité : une quarantaine de films provenant de seize pays lors de la Compétition Européenne, une vingtaine de films expérimentaux, vidéo d’art et nouveau cinéma lors de la Compétition Expérience, des productions régionales et enfin le travail des écoles d’animation francophones lors de deux autres compétitions spécifiques.

Comme chaque année, des ateliers et des tables rondes seront organisés favorisant ainsi la professionnalisation des auteurs et leur rencontre avec les structures de production et de diffusion.

Je souhaite saluer la qualité du travail accompli par l’équipe organisatrice, travail qui se poursuit tout au long de l’année aussi bien dans le domaine de la diffusion que dans celui de l’éducation artistique au cinéma et à l’image.

Adolphe Colrat, Préfet des Alpes-Maritimes

Éditorial 2015 de Laurent Tremeau //

Directeur Artistique Un festival c'est trop court !

Un duo. Une femme et un homme réunis dans une photographie. Un duo mais pas un couple. Deux spectateurs qui fixent l’horizon, la promesse d’un regard qui se croise à la fin du générique.


Duo rock, duo chic, duo choc, voici quelques déclinaisons du visuel de l’affiche dans la programmation 2015. Un festival c’est trop court ! s’offre depuis deux ans une ligne thématique, périphérique à ses objectifs principaux : favoriser la découverte des cinéastes et des auteurs émergents, révéler les talents de la jeune création européenne. Curieux et audacieux, à l’image de ce formidable comité de sélection, le 15e festival du court métrage de Nice reste ouvert à toutes les formes de création : fiction, animation, documentaire, expérimental, de 1 à 59 minutes.


Un festival dans lequel le public au sens large a toute sa place. Lui donner envie de voir et de s’émouvoir dans une salle noire, seul face à un film qu’il ou elle découvre pour la première fois. « Je vous en prie, défendez les courts métrages, faites en sorte que les jeunes cinéastes puissent s’exprimer. Sans court métrage, vous n’auriez eu ni Chaplin, ni Fellini, ni Keaton. » C’est Jacques Tati qui s’exprime ainsi au moment de recevoir un César d’honneur en 1977.


Expression, liberté d’expression, rien n’est jamais acquis. En défendant un cinéma d’auteurs, un festival de cinéma prend le pouls de l’état du monde et de la société à travers le regard des artistes et des cinéastes. Les 82 films en compétition en seront le témoin cette année.
Voir des courts métrages à Nice n’en est pas moins acquis, venir au festival est un acte militant. Depuis 2000, chaque édition d’Un festival c’est trop court ! est un engagement et une prise de risque, c’est ce qui nous tient depuis 15 ans. La Villa Arson, le Chantier 109, le Théâtre National de Nice, confirment notre ambition en 2015, d’investir des lieux de création et d’imaginer un projet artistique évolutif et dynamique.
L’association et le festival défendent une action sur le territoire et dans la ville, une programmation à l'année dans les salles obscures (une vingtaine de dates par an) et les salles de classes (une dizaine d'ateliers dont le partenariat avec l'option cinéma et audiovisuel du lycée du Parc Impérial à Nice) dans un esprit de diversité et d’innovation : en témoigne le lancement de la Mallette Cinématique, nouvel outil pédagogique d’initiation ludique aux prémices du cinéma.


Aujourd’hui, nous voici à l’aube de fêter notre 15e anniversaire. Si jamais nous devons disparaître, ce sera sans inquiétude mais en combattant jusqu’à la fin.Ce n’est que le titre du dernier film de Jean-Gabriel Périot, artiste sans frontières et cinéaste sans barrières, que l’on retrouvera dans la grande soirée des 15 ans.
Les spectateurs de son film ne regardent pas un écran mais assistent à un concert, debout, impassibles, sans s’effleurer. Une femme dans la foule semble ressentir davantage le son du duo guitare-batterie qui s’arrête brutalement. Silence, inertie de son corps qui se retrouve sur scène. Le rêve ? Le réveil. Le retour à la vie, le retour des musiciens, la danse, la montée en puissance, la transe… seul(e) ou à deux, enfin.


Continuer, aller jusqu’au bout, avec le risque de passer de l’autre côté et que ça s’arrête.
Un festival, c’est trop court parce qu’éphémère, comme une œuvre fugace mais essentielle.


Savourons nos 15 ans et donnons-nous rendez-vous au 16e ?

Larent Tremeau, Directeur Artistique Un festival c'est trop court !

Découvrez le site internet de l'association Héliotrope
Accéder au site


Retrouvez nous sur les réseaux sociaux

#ufctc2015